Loi, normes de calcul ou les principes physiques ?

C’est bien cette célèbre phrase d’Albert Einstein qui résonne pourtant dans ma tête.

Qu'est ce qui est incompréhensible dans l'univers c'est que ses lois physiques sont compréhensibles par tout le monde.

Albert Enstein
Albert Einstein

Pourtant, je constate qu’il y a un sacré décalage avec les règles ou les textes de lois qui existent actuellement sur la mise en œuvre de la performance énergétique dans les bâtiments. Rien que le nouvel arrêté réglementaire de la RE 2020 présente une loi de 1838 pages. La lire ne vous enseignera pas grand-chose, car il faudrait aussi la comprendre. Il s’agit ni plus ni moins d’une série d’algorithme tous plus compliqués les uns que les autres.

Bon courage !

Ces méthodes s’adressent donc principalement aux éditeurs de logiciels qui peuvent programmer et paramétrer les outils numériques sur cette base. Bien sûr, si le doute persiste sur la manière de renseigner un paramètre où sur un résultat aberrant, il est nécessaire de se référer aux textes pour comprendre.

Pour appréhender un texte de cette taille, vous ne le lisez pas d’un seul coup comme on parcourt un roman. C’est inutile, et ça ne sert pas à grand chose. En général, vous allez chercher les informations que vous avez besoin lorsque vous êtes confronté à certaines complications. Alors, vous allez cherchez le détail d’un programme où d’une procédure. Vous grattez un peu, et vous trouver la raison.

Une norme de calcul est donc un texte rationnel qui suit le déroulement d’un phénomène physique et qui tranche entre la théorique mathématique et l’orientation politique. Il s’agit en quelque sorte d’un accord entre les évènements que l’on peut décrire sur le terrain et une assemblée d’expert. Et, de plus, elles suivent les orientations que souhaite une population qui se questionnant sur un procédé.

Entre évènements passés et projections futures

La politique est un vaste monde, et en tant qu’énergéticien, je suis bien mal placé pour décider de ce qui est bon ou pas bon pour chacun. Je précise que je n’ai ni l’ambition ni la volonté de rentrer en politique.

Selon Platon, une loi politique est une règle juridicque prenant sa source dans le plus grand nombre de partisans. Assurément, on réalise des votes pour répartir les avis et prendre une décision. En soit, dans certains cas, c’est une bonne chose de trancher, car au bout d’un temps de débat, les arguments des différents partis ont effectivement été exposés à beaucoup de monde.

Mais pourtant, c’est dans le nombre de partisans qu’il y a matière à creuser. J’ai toujours une pensée pour les minorités écrasées où pour ces personnes toujours insatisfaites. Mais j’imagine que les experts de l’assemblée nationale savent ce qu’ils font où du moins sont aussi bien éclairés que certains experts reconnus pour leurs travaux.

Très bien, c'est ainsi que ça se passe. Alors on est d'accord, on va faire comme ça !

Vincent

Et donc pour faire simple une règle où norme juridique est un simple texte régissant la vie des hommes et des femmes en société, dont la violation est sanctionnée par l’autorité publique. C’est tout aussi rationnel qu’une norme de calcul.

Cependant, pour faire qu’une société basée sur ces règles possède une vraie compréhension du fonctionnement de l’énergie, c’est différent.

Qu'est ce qu'une loi physique

L’Homme à toujours cherché à comprendre le monde dont il faisait partie. Et cela passe par cette question fondamentale de son origine où d’avant son origine. Mais pour le scientifique, c’est souvent l’enquête sur le fonctionnement des phénomènes qui l’interroge.

Alors, il fait des hypothèses. En les expérimentant, il démontre et pose des théories. Deux mondes que tout oppose (la pratique et la théorie), mais que les mathématiques tente subtilement de réconcilier.

Un évènement qui peut-être démontrable par l’expérience, est souvent approché par des approches théoriques. Ainsi, avec la physique élémentaire classique, elles sont relativement fiables et utilisable en l’état. Cependant, elles restent jusqu’à présent approximatives, et ne s’applique qu’à des systèmes fermés.

Pourtant, lorsque l’on s’approche d’un but, on en découvre qu’en fait, on n’en connaît pas grand-chose. Soit sur nous-même, soit sur le fonctionnement d’une société. Ainsi, certains points de compréhensions pourtant si simples, amènent souvent à d’autres complications. Des complications qu’on avait pas prévu auparavant, car ce n’était pas notre objet d’étude primaire.

Autant avoir les reins solides pour faire face à ces nouveaux problèmes.

Vers des décisions de justice ?

Justice

Pour savoir ce qu’est une loi, il faut déjà l’assimiler, et savoir que l’on est ignorant sur certains points du monde moderne n’est pas forcément à la portée de tous. C’est la voix d’Étienne Klein que j’entends faisant l’éloge de l’ultracrépidarianisme.

Nous avons tant à apprendre. Et je m’inclus dans ce cas, il y a de nombreuse choses que je ne connais pas. Mais je suis curieux par nature et j’ai cette envie d’en savoir d’avantage. Si les sujets sont intéressants, c’est effectivement un plus. Si cela permet de vivre correctement et de s’émanciper, alors tant mieux.

Car dans un monde ou l’information règne en maitre, où il est impossible de tout lire de tout observer,  est-il nécessaire de donner son avis sur le moindre sujet ?

Sans un respect de la loi, il y a des amandes. Personnellement, en plus de dix ans d’expériences d’étude thermique ou de labellisation, je n’ai jamais vu d’amende pour le non-respect des règles thermiques. On en court quand même jusqu’à 45 000 €, portée à 75 000 € et 6 mois d’emprisonnement en cas de récidive.

Les experts ne dépensent pas leurs temps à juger, ils prescrivent les meilleurs solutions.

J’ai quand même fouillé Internet à la recherche d’un cas ou d’une décision de justice, j’en ai trouvé un seul, pour des défauts d’étanchéité à l’air sur une exigence RT2005. Si vous êtes dans un de ces cas de justice, merci de m’écrire.

Mais, je trouve que c’est quand même un peu dommage d’en arriver là, à ce genre de procédure. Si l’on souhaite une maison économe en énergie, alors en général, on s’intéresse au sujet. On essaie de le comprendre, on pose clairement le problème, et on affine les solutions.

Pourquoi cette chose ne fonctionne pas comme ça devrait marcher ?

Certes, cela demande un certain investissement. Mais finalement, lorsque vous avez trouvé une solution à votre problème, n’est il pas cela qui vous apporte du bonheur ? Ce n’est pourtant pas la direction que prennent certaines associations.

L'interprétation intime de la théorie

Il faut quand même le faire, là où on prend 10 énergéticiens différents réalisant un calcul réglementaire sur un même projet, on trouvera forcément 10 résultats différents. Cela est principalement dû au fait que le nombre d’hypothèses est tellement important sur ce genre de démarche qu’il est statistiquement impossible d’obtenir deux interprétations totalement identiques.

Tantôt le deuxième chiffre après la virgule sur la performance d’une fenêtre qui diffère. Tantôt un ombrage pas saisi correctement, où encore un pont thermique qui n’est pas interprété de la même façon selon l’énergéticien.

Autant vous dire que cela ne va pas s’améliorer avec la nouvelle RE2020.

Je ne vous parle pas des low coast sur Internet. Cela vous fournisse simplement un papier d’attestation thermique pour moins de cent balles ! Comment voulez-vous vivre correctement si vous devez vous aligner sur leur prix ?

Voilà comment ça se passe vraiment sur le terrain.

Alors que faire ?

Des outils en cours d'édition

Principalement, pour les thermiciens comme moi, ce que l’on relève le plus, ce sont des bug, des informations manquantes ou erronés, et il y en a pas mal, surtout à la sortie des nouvelles règles comme cette RE2020 !

Editer un outil de calcul de cette taille-là, est un travail assez conséquent. Ça ne se fait pas en un claquement de doigts comme les tout le monde le précise : pour le 1er janvier 2022, toutes les maisons, les bureaux, bla bla bla

Forcément, nous thermiciens servons d’abord de cobaye dans une certaine mesure et nous faisons remonter l’information.

Devant son étude thermique, la seule aide qu’un énergéticien peut avoir est donc cet échange avec le support technique du logiciel (une entreprise privée). Il peut effectivement tenter de poser une question sur un forum. Espérer avoir une réponse par des confrères, où sur le site du ministère. Tout ça pour obtenir une réponse dans les 6 mois. Mais ce sont des choses en général très pointues qui sont à mille lieus de la vie réelle.

Comment vous expliquer que votre bâtiment peut ne plus être réglementaire ! Qu’avec les nombreuses mises à jour logiciel, où la sortie d’une nouvelle version du moteur de calcul du CSTB, certaines règles sont mieux prises en compte. En passant de la version 20.5 à la version 22.3 au bout de 6 mois, les résultats ont pris 8% !

Déjà vue, et cela arrive souvent, car la construction d’un bâtiment n’est pas instantané, elle prend du temps.

N’ayant plus le choix devant le fait accompli, on dégrade la version courante de son outil pour retrouver le même résultat qu’annoncé auparavant. Puis on change le paramètre demandé pour répondre à la question que se pose le client. Tout cela, bien évidement sans obtenir de non-conformité, car personne ne souhaite avoir d’amande. Sinon c’est contre-productif.

Une stabilité compromise

La loi de l'univers

La loi des politiques nous ont permis d’apporter une certaine stabilité dans nos sociétés modernes. Tout n’est pas à jeter à la poubelle. En effet, hormis certains écarts dû aux différentes guerres où aux périodes de tensions mondiales, sans elles, le monde aurait été bien différent.

Nous n’avions encore jamais connu (en France) une période de développement et de paix aussi longue, autant qu’elle le reste, pourquoi changer.

Lorsqu’on a un projet, on se contente en général de ce que l’on a. Et en fonction des ambitions du projet, il y aura plus ou moins de contraintes ou de moyens mis en œuvre.

Cela, jusqu’à ce que notre environnement nous le rappelle. Il s’agit là aussi d’un constat alarmant. C’est en général pour ça qu’on se forme aux phénomènes physiques et aux transferts énergétiques. Afin d’optimiser et de comprendre nos modes de vie.

Mais autant vous dire dès à présent qu’un projet ne dure pas éternellement, surtout dans le bâtiment. Plus il est important, plus il demandera de la maîtrise et de l’investissement. Enfin, sur le long terme, il y a des choses que l’on ne maitrise pas forcément et qu’il n’est pas possible de maîtriser.

C’est cette pandémie mondiale qui vient perturber un certain équilibre. Personne ne l’a vu venir, pourtant, elle fait désormais partie de notre histoire. Fait-on les choses parce qu’on nous les impose, où faisons les par logique et morale ?

En général, quand un projet fonctionne correctement, c’est que vous êtes engagés sur certains points, alors cela vous conduira au résultat que vous attendez. Il s’agit donc d’une culture de vie. En connaissance du passé, nous ne refaisons pas les mêmes erreurs.

Seulement, il arrive que l’environnement vous rattrape. Une transition digne de ce nom se base donc sur une histoire commune. Et qui pourtant évolue en même temps que nos agissements et nos interactions.

Joindre l'expérience et la théorie

Ce que les grandes plateformes de diffusion sociale nous démontrent, c’est bien dans la transmission que se situe un point de bascule.

L’information circule actuellement à toute vitesse sur Internet, on trouve des tutos sur tout et n’importe quoi. Par exemple, savez-vous faire un pliage sympa pour votre PQ ? Où, savez-vous tourner un axe en inconel (métal extrêmement dur). Pourtant, si on cherche comment vous avez appris à faire vos lacets de chaussure lorsque vous étiez enfant. C’est certainement pas par une loi politique, ni une vidéo sur internet.

Il n’y a pas de loi vous expliquant ce genre de chose, comme il n’y a pas de méthode explicite régissant un outil de simulation dynamique, et il n’y en aura jamais. Cela, car le nombre de comparaison imaginable est probablement infini et impossible à réglementer.

En vous focalisant sur ce qui n’est pas essentiel à vos problèmes, vous passez à coté de beaucoup de solution.

Étrangement, j’apprends nettement plus en observant qu’en parcourant des textes de loi rébarbatifs. J’écoute les grandes personnalités qui forgent notre monde, je lis les experts dans leur domaine respectif. Les géants, je m’en inspire et je monte sur leurs épaules, dès fois je les questionne, et surtout j’expérimente à mon échelle sur mon microcosme.

Effectivement, la critique de ce genre procédure réglementaire ne peut que s’exprimer seulement si vous avez déjà expérimenté sur des cas. Si vous pratiquez plus ou moins régulièrement et si vous savez comment améliorer certaines choses. Si vous avez aiguisé votre regard énergétique.

Alors si vous une méthode sortie tout droit du fin fond d’un sentiment humain. Une méthode qui vous semble beaucoup plus logique, plus ludique, qui apporte des résultats plutôt que des moyens, et qui reste effectivement compréhensible pour une majorité populaire.

Alors, je vous le demande, laquelle préféreriez-vous ?

Ça aussi, c’est de l’efficacité, personnellement, j’ai choisi. En terme de responsabilité, j’ai également fait mon choix. C’est également pour cela que le vivant est toujours en constante évolution vis-à-vis de son environnement, impossible à figer dans un formulaire bureaucratique

Arc-en-ciel

Alors d'où vient l'énergie ?

Lorsque l’on travaille sur l’énergie, les découvertes scientifiques majeurs sont en général des avancées pour l’humanité. Or, cet évènement déclencheur qu’est la covid n’est peut-être qu’un accélérateur de l’évolution, les prémisses d’une autre forme de politique publique. Imprévisible et impartiale.

Pourtant, lorsqu’il y a un cluster où la mutation d’un virus, on cherche en général la source, le patient zéro, l’origine. L’histoire se répète ainsi et sans cesse laissant entrevoir des micro mise en abîme dans un environnement qui cherche un responsable. Cela laisse entrevoir la possibilité que l’homme à la recherche de son passé pourrait avoir réponse à tout. Des fois oui, des fois non.

En effet, l’obligation déguisée de la mise en œuvre d’un pass vaccinal à toute la population prend des airs étonnants de réduction des libertés. Si vous ne le faites pas, on vous rendra la vie impossible à vivre. Comment vous expliquer que les médiathèques n’ont pas le droit de vous accepter sans pass alors que les librairies y sont autorisées.

Il ne s’agit pas là de vous dire ce que vous avez le droit de faire ou non. Mais cela porte un jugement et une atteinte aux libertés fondamentales de développer cette culture. Il y a là, je trouve un franchissement de ligne du libre arbitre amenant à un contrôle dangereux des volontés populaires.

L’énergie que l’on utilise au sens large et dans tous les domaines n’est certainement pas liée à la politique, mais à des phénomènes naturels. Un point de vue forcément arbitraire qui nous rappelle le fait qu’elle est impossible à réglementer.

L’application de la subjectivité d’un individu ne peut donc pas dépendre d’une autorité puisqu’elle est intrinsèque à l’expérience qu’il à vécu, à ce qu’il fait où ce qu’il souhaite faire. Elle ne peut pas non plus dépendre d’un modèle de la physique classique car ses règles sont extrêmement fermées. Il s’agit d’appliquer les deux pour passer à travers sans en enfreindre une seul, au risque de se faire avoir par une autorité.

Finalement, obtenir une réponse à la plus grande question que l’humanité se pose sur l’origine de l’univers, n’a pas vraiment de sens profond et de plus, elle ne vous apportera pas grand-chose. Elle est c’est tout.

Livres :

  • Thermodynamique de l’évolution – François Roddier
  • Une brève histoire du temps – Stephen Hawking
Loi, normes de calcul ou les principes physiques ?

Laisser un commentaire

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com