La réglementation thermique des bâtiments neufs

LA CONSTRUCTION NEUVE

L’application pour tous les bâtiments neufs est la Réglementation Thermique RT 2012. Des cas particuliers peuvent survenir suivant les configurations. Dans tous les cas, une analyse sommaire de l’opération déterminera la configuration de l’étude.

Ce calcul réglementaire est défini par l’arrêté du 26 Octobre 2010. Il définit notamment les exigences de moyens et de résultats en fonction de la configuration du bâtiment. Pour respecter la réglementation, le projet devra être évalué vis à vis des exigences maximums (Bbiomax, Cepmax, Ticréf). On trouve sur le web des tableurs simples permettant de déterminer les coefficients maximums du projet et Bbiomax, CEPmax.

Cette étude se déroule en trois étapes :

Calcul du Besoin Bioclimatique Bbio

Le calcul du coefficient Bbio sur un bâtiment détermine l’efficacité bioclimatique du projet. Il a pour objectif d’être inférieur à l’exigence maximum pour être accepté notamment pour le dépôt d’un permis de construire. Le Bbiomax pourra évolué suivant plusieurs paramètres, comme :

  • L’usage des locaux
  • La surface : on parle de Surface habitable (Sh) ou utile (Su) et de Surface de Référence (SRT)
  • Le nombre de logements (dans le cadre de logements collectifs)
  • Rafraîchissement des locaux
  • ….

Le Bbio du projet est déterminé en fonction des besoins de chauffage, d’éventuels besoins de refroidissement ainsi que l’estimation d’une consommation future d’éclairage artificiel suivant la formule suivante :

Bbio = 2 x Bch + 2 x Bfr + 5 x Becl

Pour les besoins de chauffage, à ce niveau du calcul, le système de ventilation est imposé en tenant compte d’une ventilation double flux avec efficacité d’échangeur à 50%. Le débit Bbio est issus de la réglementation en vigueur (selon l’occupation, le type de bâtiment, ou éventuellement un ratio de renouvellement d’air).

Au niveau de l’éclairage, le besoin est déterminé forfaitairement en fonction de l’usage du bâtiment.

La performance dépendra des configurations du projet aussi bien :

  • Dans sa conception : son orientation, la forme générale, le dimensionnement des ouvertures, l’accès à l’éclairage des locaux
  • Des caractéristiques physiques : isolation, inertie, transmission énergétique des baies
  • De la performance d’étanchéité à l’air du projet

Le Bbio représente donc un besoin en énergie sans prendre en compte de générateur ou d’éventuelles pertes de réseaux.

Calcul de la consommation conventionnelle CEP

Le calcul du coefficient CEP du projet doit être inférieur à l’exigence maximum pour être réglementaire. Il représente la valeur de consommation en énergie primaire exprimé en kWh/m².an. L’exigence CEPmax est modulée suivant les hypothèses du projet ci-dessous :

  • De l’usage du projet et de la surface
  • De la zone géographique et de l’altitude
  • De la production de gaz a effet de serre
  • De la catégorie du bâtiment au niveau du rafraîchissement

Le CEP quand à lui représente donc une consommation énergétique conventionnée suivant des paramètres réglementaires. il tient compte notamment :

  • Des scénarios conventionnels d’usage
  • Des systèmes techniques (générations de chauffage/refroidissement, ECS, éclairage et auxiliaires
  • Des données météorologiques

Il se détaille en cinq usages de consommation portant sur l’éclairage, la consommation de chauffage, de refroidissement, d’eau chaude sanitaire et d’auxiliaire de fonctionnement (pompes et ventilations).

Calcul de la température de confort TIC

La température intérieure de confort (TIC), est déterminée sur une période de quatre semaines consécutives en débutant un lundi 4 Juin.

On distingue selon l’usage :

  • En usage d’habitation, la température la plus haute obtenue le dimanche (de la 4ème semaine).
  • Dans les autres usages, C’est la valeur maximale obtenue le vendredi (la 4ème semaine, en période d’occupation).

Dans tous les cas, si cette température est inférieure à 26°C, la valeur de TIC du projet retenu est de 26°C.

Cette température ne doit pas dépasser la température de référence (TICréf) obtenue le jour le plus chaud. La journée chaude de référence a été établie en considérant qu’il s’agit de la journée la plus froide parmi les cinq plus chaudes de l’année pour un site donné.

La température intérieure conventionnelle dépend :

  • de l’environnement extérieur (zone climatique)
  • de la performance de l’enveloppe
  • des données d’usage
La réglementation thermique des bâtiments neufs

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :